vendredi 18 septembre 2015

Midvalley... Previews en attendant la sortie en octobre








En octobre, vous trouverez en librairie le roman Les enfants de Midvalley (chez Chours) ainsi que le premier tome de l'adaptation en bande-dessinée de ce roman (chez Kramiek), intitulé La nuit de l'horloger. Côté BD, les deux autres tomes de la trilogie devraient voir le jour courant 2016.
Cette aventure, je la mène avec l'ami Romuald Reutimann, dessinateur de grand talent, et avec Pierre Paquet, éditeur qui a tout de suite été séduit par le projet.

Pour patienter, sur l'excellent site BDgest', vous trouverez en avant-première les 8 premières planches de la bande-dessinée. C'est par ici. N'hésitez pas à faire part de vos réactions sur le forum du site.

Quant à moi, eh bien ici même, en exclusivité pour le labo, je vous offre les premières lignes du roman, histoire de vous donner envie :

"Avec Milan, on a préparé nos bagages à toute vitesse. On a bourré des affaires pour une semaine dans deux valises. On ne savait pas à quoi s’attendre avec oncle Jack. On ne se rappelait même pas de sa tête. Ça faisait si longtemps qu’on ne l’avait pas vu. Je me souvenais juste de trois ou quatre repas chez nous. Il avait filé chaque fois après le café. Le frère de maman était quelqu’un de pressé. Il ne pouvait jamais rester plus de quelques heures. Trop peu pour qu’il ait le temps de jouer avec nous. Les choses allaient changer apparemment. Oncle Jack avait posé des congés dans son emploi du temps chargé. Pour la première fois, il nous recevrait chez lui.
J’ai demandé à Milan qu'il s'assoie sur ma valise. Autrement, je n’aurais pas pu la fermer. Il fallait qu’on se dépêche. Dans moins d’une demi-heure, le bus passerait devant le garage Johnson et on ne devait pas le louper. C’était le seul de la journée.
Maman avait un rendez-vous important, en rapport avec le travail qu’elle cherchait depuis que le Fish and Drive avait fermé de l’autre côté de la route. La situation ne pouvait plus durer. Ça commençait à être difficile. Elle ne savait plus où trouver l’argent. Il fallait qu’elle s’absente une semaine pour régler le problème et on n’allait pas rester seuls à la maison.
– Vous ne le connaissez pas bien, c’est tout. Vous ne vous ennuierez pas, je vous le promets. Votre oncle Jack se fait une joie de vous recevoir. Et vous verrez, Big Town, c’est autre chose que notre trou paumé.
J’avais entendu maman donner des conseils à Milan pour qu’il veille sur moi. Elle avait confiance en lui. Les deux billets pour le bus étaient rangés à l’abri dans la poche intérieure du blouson de mon grand-frère. Quand on est sortis, elle nous a fait un signe de la main derrière la fenêtre."

N'hésitez pas à laisser des commentaires ici-même pour me donner vos ressentis.





2 commentaires:

Véronique Cauchy a dit…

Super! Il me tarde de découvrir l'album chez Chours.

Benoît BROYART a dit…

Merci pour ton enthousiasme, Véronique !