jeudi 17 avril 2014

Laurent


 Le 25 avril, ce sera un jour doublement important. La première de Cavale, lecture-spectacle, au Strapontin de Pont-Scorff, et la sortie de Ma mère est une sirène.
L'affiche de Cavale, c'est Laurent Richard qui l'a réalisée. Et les illustrations de Ma mère est une sirène, eh bien c'est lui également.
Depuis quelques années et notre premier livre commun, Le Pirate tête à claques, paru chez Milan en 2008, on a fait pas mal de chemin ensemble et c'est toujours avec autant de plaisir que je travaille avec lui. À ce propos, je voudrais remercier ici l'équipe de Milan Poche Benjamin qui a permis qu'on se rencontre, autour de la création d'un poche pour commencer.
Ma mère est une sirène sera notre septième livre commun. C'est pas rien ! Et là, vous allez découvrir un Laurent que vous connaissez trop peu, un Laurent libéré j'ai envie d'écrire. Toujours avec la même précision dans la composition de l'image, les mêmes équilibres, mais avec une liberté aussi que l'édition jeunesse ne nous laisse pas toujours exprimer.
Et l'affiche de Cavale, vous la trouvez comment ? Pour moi, elle est parfaite. À la fois signifiante et graphiquement au top.
Enfin voilà. J'avais envie d'écrire ici à quel point j'aime travailler avec Laurent. On se complète bien aussi. Il a un œil acéré, mais alors acéré. Je ne vous dis pas. Capable de voir des micro-incohérences dans un texte. Moi qui suis tout en spontanéité, ça me permet de prendre du recul. Autrement, ce que j'aime aussi, c'est bousculer un peu Laurent, pour qu'il radicalise ses images et puisse exprimer complètement toutes ses sensibilités.
Laurent, j'espère qu'on fera encore beaucoup de livres ensemble. Pour l'heure, eh bien je voulais juste te dire un immense merci.

2 commentaires:

B. Sandrine a dit…

Quel plaisir, hier soir, de découvrir à la fois le Théâtre du Strapontin et Cavale!
Une salle silencieuse parce que totalement captivée.
Je crois que c'est la première fois que mon regard reste ainsi fixé, focalisé, sans papillonner à aucun moment.
Ce décor minimaliste : le vélo et votre voix, Benoît, portant ce texte magnifique, troublant, émouvant... Il trotte dans ma tête pour un bon moment, je crois.
Bonne idée de ne pas avoir maintenu l'accompagnement musical : quel qu'il aurait été, il aurait nui à cette lecture qui se suffit grandement à elle-même!
Bravo, Merci et dans l'espoir de pouvoir vous réécouter un des ces jours dans une des salles de spectacles de Lorient...
Bonne route ;)

Benoît BROYART a dit…

Bonjour Sandrine,
Je suis très touché par votre réaction. Merci du fond du cœur.
J'espère rouler encore un moment sur ce vélo.
Si vous le souhaitez, n'hésitez pas à visiter le blog dédié à Cavale et à y laisser un commentaire.
http://cavaleblog.blogspot.fr/
Amitiés,
Benoît