mardi 4 décembre 2012

Vrac de Montreuil

Vendredi, en arrivant, j'ai croisé Manon Jaillet de La maison est en carton devant la salle. Un peu plus tard, j'ai croisé Chloë Montcomble des éditions Milan sur le stand des éditions Thierry Magnier pendant que je discutais avec Amélie Annoni. J'ai discuté un brin avec Morgan Camus du blog Papier de soie. Après un rendez-vous épique avec Anne Blanchard de chez Milan, assis en tailleur au sous-sol dans un coin d'expo, les différents salons étant pris pour des conférences, j'ai enfin rencontré Françoise et Bertil Hessel des éditions Oskar, chez qui j'ai publié quelques livres. Toujours bien de placer des visages sur des noms et des voix. La dédicace a été un très gros succès. 1 exemplaire tout de même ! De la folie, on vous dit. Oui mais pour qui ? Pour mes amis de l'association Lire et délire qui organise le très sympathique salon de Cormontreuil. Très heureux de revoir Jean Pérardelle. Ensuite, dans les couloirs, j'ai pu embrasser l'ami Stéphane Servant et l'ami Thomas Scotto qui passaient par là. Et je suis allé voir Paola Grieco de Gulf Stream éditeur avec laquelle j'ai eu une discussion de fou (c'est le projet qui nous occupe, hein, un documentaire sur la folie, comprenez-moi bien).
Samedi, quel bonheur de faire quelques pas aux côtés de l'ami Jean-Marc Mathis qui sortait tout comme moi du métro. Au salon, cette fois, j'avais rendez-vous avec Sophie Chanourdie de chez Milan. De beaux projets éditoriaux en perspective. J'ai discuté aussi un moment avec Sylvie Gracia des éditions du Rouergue. Je n'oublie pas qu'elle est la première à m'avoir publié, au siècle dernier. J'ai croisé avec plaisir Ingrid Thobois, qui était en retard et cherchait le stand Rue du monde sur lequel elle devait dédicacer. Il m'a semblé apercevoir Gabriel de La mare aux mots mais trop tard, nous nous sommes ratés. Après, j'ai appelé Hervé Le Goff sur son portable pour lui expliquer qu'il était en retard à sa dédicace et qu'une horde de fans (femmes) l'attendaient de pied ferme. Il était parti se chercher un sandwich. En me tournant, j'ai aperçu l'ami Ronan Badel qui signait à côté de Vincent Cuvellier. Je me suis précipité pour l'embrasser et j'ai aussi tenté (pour rire) un peu plus tard de lui voler les originaux qu'il avait avec lui (quand il discutait avec Édouard Manceau dehors). J'ai présenté Ronan à Manon Jaillet de La maison est en carton avec laquelle je suis très flatté de démarrer un projet qui couvait depuis bien longtemps. Je vous en parlerai un peu plus tard. Un truc magnifique. Et puis je me suis extrait un petit bout de temps du salon pour aller rencontrer la Compagnie du Sarment, sise à Bagnolet, tout à côté, et qui va adapter La nuit dans la forêt pour en proposer une version au théâtre. De très belles personnes ! Et en parlant de personnes, j'ai été dire aux éditrices des éditions des Grandes personnes, justement, tout le bien que je pensais de leur maison, et en particulier de leur Enfant du jeudi, merveille que j'ai découverte grâce à Alex Cousseau.
Voilà voilà. J'ai sans doute oublié de mentionner deux ou trois choses. Montreuil, c'est comme ça. Un genre de tourbillon dont on ressort heureux mais un peu groggy.

Aucun commentaire: