mardi 4 septembre 2012

Marianne Oswald

Depuis vingt ans, la voix de Marianne Oswald me suit. Difficile de me rappeler quand elle m'a rattrapé mais c'était quelque part au sortir de l'adolescence. Timbre unique, expressionniste, poignant. Au centre du nouveau projet BD qui m'occupe, avec Marc Lizano, dont il a déjà été question ici, il y a cette voix. Un texte de Prévert aussi, La Chasse à l'enfant, écrit en 1934 et relatant la mutinerie ayant eu lieu dans le bagne d'enfants de Belle-île-en-mer. La version qu'en offre Marianne Oswald est mille fois plus poignante que celle de Juliette Gréco, plus connu malgré tout.
Voilà. Toutes les histoires ont leur point de départ. Une sorte de grosse boule d'émotion. Quelque chose d'insoutenable qui vous tient et vous pousse à avancer. Autrement, à quoi bon ?
Donc si vous ne la connaissez pas encore, je vous invite à la découvrir. Vous verrez. Frissons garantis.
Le son, c'est par .
Quelques images par ici.

Aucun commentaire: