mercredi 13 juin 2012

Alain Kokor : Supplément d'âme

Dublin. Un homme en costume déjeune chaque jour dehors au même endroit, en se faisant le plus discret possible. Qui est-il ? Celui qui se croit invisible est en réalité épié par un certain nombre de personnes, intriguées par son rituel immuable : un responsable de service après-vente derrière les vitres du building où il travaille, une artiste qui a pris cet homme pour modèle et réalise des sculptures d'après sa silhouette.
Voici le singulier point de départ d'un récit dont la narration s'affirme peu à peu comme une sorte de déambulation poétique étrange et décalée.
Découpage et dessin audacieux. Décrochages permanents avec toute tentative de réalisme. L'art d'Alain Kokor s'exprime avec une grande liberté de mouvement dans un espace à part, pétri d'une fantaisie et d'une étrangeté qu'on pourrait placer, au cinéma, quelque part entre Jacques Tati et David Lynch.

Alain Kokor : Supplément d'âme. Futuropolis. 128 pages, 19 euros.

Aucun commentaire: