mercredi 23 mai 2012

Sonya Hartnett : L'enfant du jeudi

Un coin d'Australie. Une terre infertile. Une ferme. La Grande Dépression. La misère de la famille Flute qui ne parvient pas à s'en sortir. Un père qui fait toujours les mauvais choix et descend peu à peu dans l'alcoolisme...
Dans L'enfant du jeudi, la jeune Harper Flute raconte l'histoire de son frère, l'étrange Tin, qui dès son plus jeune âge, s'est mis à creuser des galeries, disparaissant progressivement de la vie quotidienne du reste de la famille. Il creuse sous la maison d'abord, avant d'étendre son réseau de tunnels sur plusieurs kilomètres.
À aucun moment, Sonya Hartnett ne se met à naviguer sur les terres du fantastique. L'espace littéraire dans lequel les personnages évoluent semble justement surgi d'un trop-plein de réalité. L'histoire de Tin paraît incroyable et reste toujours vraisemblable. Il est bien cet enfant retournant peu à peu à une sauvagerie originelle.  On voit Tin de moins en moins. Où est-il ? Tin est toujours présent. Il va réapparaître dans peu de temps. Il sait. Il écoute.
Plusieurs scènes de L'enfant du jeudi possèdent une force voisine de celle qu'on trouve dans les premiers romans de Sylvie Germain. Voici une œuvre magnifique et bouleversante.

Sonya Hartnett : L'enfant du jeudi. Traduit de l'anglais (Australie) par Valérie Le Plouhinec. Les Grandes Personnes. 224 pages, 16 euros.

Aucun commentaire: