lundi 7 mai 2012

Ils courent toujours

J'ai déjà évoqué ici un projet qui m'occupe depuis bientôt un an et qui risque de me tenir en haleine encore durant un long moment. L'histoire de Milan et Rosa, les enfants de Midvalley, aux prises avec un horloger fou. L'idée est de travailler à créer une action qui ne s'arrête jamais. Une course-poursuite sans fin. Dans nombre de mes textes, des personnages courent. Ils fuient, reviennent, s'éloignent. Ici, j'ai voulu faire de cette obsession un mode de fonctionnement. Je construis petit à petit une histoire divisée en trente chapitres (trois parties de dix chapitres) et cette dernière me sert de base à l'élaboration d'un scénario de bande-dessinée que j'écris pour Edith, avec laquelle j'ai le privilège de pouvoir envisager de travailler. L'idéal, pour moi, serait qu'on parvienne à conserver deux objets narratifs, à la fin. D'une part, trois volumes de bande-dessinée. D'autre part, un roman un peu épais qui pourrait, pourquoi pas, comporter des illustrations réalisées par Edith. Difficile à dire, pour l'heure, si tout sera réalisable. La seule chose dont je sois sûr, c'est que j'ai rarement été plongé dans un lieu, un univers, avec autant de ferveur. Immergé donc. En totalité. Et sur la longueur aussi. Pour une fois, se donner le temps de travailler sur le long terme pour connaître ses personnages. Vivre avec eux. Je crois que je prends goût à ça.

2 commentaires:

Anne-Gaëlle Balpe a dit…

Très belle ferveur... on a déjà hâte de lire ça...

Benoît BROYART a dit…

Merci, Anne-Gaëlle !