mercredi 18 avril 2012

La bouche de l'ogre

Certains textes, c'est souvent ceux dans lesquels vous avez placé le plus d'espoir – en tout cas vous étiez persuadé de toucher à quelque chose de fort, de beau –, mettent un moment avant de trouver une maison. Vous les écrivez. Vous les soumettez. Vous recevez des non plus ou moins justifiés.
C'est bien mais pas pour nous. Vous n'aurez aucun mal à le publier ailleurs. C'est trop... Ce n'est pas assez...
Après avoir essuyé un certain nombre de refus qui sonnent parfois comme des claques – bon, avec le temps et l'expérience aussi, on apprend à être moins blessé par les refus, on se blinde, autrement, on s'écroulerait –, vous laissez le texte de côté. Puis vous le reprenez...
Enfin des mois plus tard, des années parfois, le texte continue de vous coller aux basques et vous trouvez l'idée assez insupportable de le laisser dans votre tiroir. Et un jour, une porte s'entrouvre... puis elle s'ouvre.
Ici, sans doute, je vous ai déjà parlé de La bouche de l'ogre. Un moment, en effet, que je rends compte dans mon labo des chantiers en cours. Et celui-là m'aura donné du fil à retordre. Au départ, juste une image. Celle d'un enfant englouti tout entier dans la bouche d'un ogre. À l'arrivée, un conte sur la violence et le rêve comme échappée. Avec à cœur, toujours, de se concentrer pour rendre au plus juste la sensation. J'aime l'idée qu'on soit immergé dans un texte comme on l'est dans un film.
Donc une maison, hein, j'écrivais ça plus haut. Et quelle maison ! En effet, figurez-vous que La bouche de l'ogre  sera accueillie dans la magnifique collection Trimestre, proposée par Thierry Lenain et Benoit Morel et éditée chez Oskar. J'ai déjà écrit tout le bien que je pensais de cette collection, en particulier du Loup sous le lit  de Stéphane Servant (illustré par Benoit Morel). Rendez-vous en février 2013 pour découvrir le numéro 9 de Trimestre donc, pour faire suite à des textes de Stéphane Servant, Thierry Lenain, Jean-Marc Mathis, Joe Hoestlandt ou encore Marie-Aude Murail. Rien que ça !
Remerciements chaleureux à Thierry Lenain, Benoit Morel et Françoise Hessel des éditions Oskar d'accueillir La bouche de l'ogre.
Plus de renseignements sur la collection Trimestre par ici.

4 commentaires:

Aurélie Desfour a dit…

Waow !!! Un grand bravo et une certaine impatience de lire ça :)

Benoît BROYART a dit…

Merci Aurélie !

Sardine a dit…

Waouh aussi pour moi!
Quelle collection!!!
Bravo Benoît! J'ai hâte de te lire encore une fois.

Benoît BROYART a dit…

Merci pour les Waow Waouh !