mardi 13 mars 2012

Éric Libergé – Vincent Gravé : Camille Claudel

Revenir sur le parcours d'artiste de Camille Claudel, la complexité de sa personnalité, sa folie. Pari risqué même si la vie de la sculptrice est parsemée de nombreux éléments disponibles pour alimenter un récit : le rapport si particulier qu'elle entretenait avec la matière et le mouvement, sa relation avec Auguste Rodin, sa lente plongée dans la paranoïa, etc.
Le dessin de Vincent Gravé suit progressivement l'évolution de Camille Claudel. Plus on avance dans le récit, plus le trait prend des airs expressionnistes et plus les couleurs frôlent l'incendie. La couverture, à ce titre, est une réussite.
Le scénario est construit autour d'une interview de Paul Claudel. Nous sommes en 1951. L'écrivain, devenu un vieil homme, raconte, témoigne et dresse le portrait de sa grande sœur.
Camille Claudel. Une pépite de plus à ajouter au palmarès de la belle collection 1000 feuilles dans laquelle était sorti Le Chanteur sans nom d'Arnaud le Gouëfflec et Olivier Balez.


Éric Liberge, Vincent Gravé. Camille Claudel. Éditions Glénat, collection 1000 feuilles. 72 pages, 15, 50 euros.

2 commentaires:

Daphné HONG a dit…

Merci de faire découvrir de nouveaux livres !

Benoît BROYART a dit…

De rien, Daphné. C'est aussi un des objectifs de mon blog !