lundi 27 février 2012

Maria Parr : La petite terreur de Glimmerdal

Tonje, qui va bientôt fêter ses dix ans, est la seule enfant de Glimmerdal. Elle adore dévaler les pentes sur les bobs incroyablement rapides conçus par Gunnvald, son meilleur ami, vieux costaud ronchon de soixante-douze ans. À Glimmerdal habite tout un monde de caractères bien trempés. Parmi ces derniers, le terrible Klaus Hagen qui dirige un camping interdit aux enfants.
Maria Parr plante le décor et fait glisser lentement des personnages forts dans une intrigue qui s'épaissit progressivement, sans qu'on y prenne garde. Tout ça à cause d'une lettre reçue un jour par Gunnvald. Une lettre qui va changer la vie de tout ce petit monde.
Maria Parr a une façon assez originale de peindre la profondeur de la nature humaine et ses contradictions. On aimerait trouver plus souvent, en littérature jeunesse, des romans aussi décomplexés, débarrassés de toute tentation de donner des leçons ou des directions. Lisez La petite terreur de Glimmerdal parce que ce texte est à la fois drôle, profond et émouvant. Ce mélange détonnant est suffisamment rare, il mérite toute votre attention.

Maria Parr : La petite terreur de Glimmerdal. Traduit du néo-norvégien par Jean-Baptiste Coursaud. Éditions Thierry Magnier. 284 pages. 11,50 euros.

2 commentaires:

Nanou a dit…

Je viens de le finir, de le dévorer, de l'adorer !!

Sardine a dit…

J'avais adoré le précédent... je sais donc ce qu'il me reste à faire maintenant ;-)