jeudi 2 février 2012

Les mêmes sillons

Forcément, au fil des projets, des textes qui se dessinent et avancent, à plus ou moins grande vitesse, je me demande ce qui m'anime parfois. Je remarque seulement que je creuse en toute logique toujours les mêmes sillons. Après des années de pratique de l'écriture, j'ai les mêmes obsessions. Un goût prononcé pour les sensations et les émotions, les différences aussi, la folie au sens large, les décalages et les voix. Chercher et trouver, pour chaque texte, la voix adéquate. C'est sans doute la part la plus difficile de l'entreprise. Tenir aussi la distance. Il y a également tout le poids de l'autobiographie, de l'anti-autobiographie. Les mélanges entre réalités, souvenirs et inventions.
J'ai laissé pour le moment de côté mon ambitieux roman autour des vikings. Deux voix qui se confrontent à l'intérieur. Juste qu'il faudrait que je m'y consacre exclusivement quelques mois. Et là, ça bouge trop dans tous les sens pour que je puisse l'envisager sérieusement. Avant la fin de l'année, je devrais pouvoir m'y remettre.
Ces dernières semaines, je développe un nouveau roman pour les 8-10 ans. Que je souhaite drôle mais pas seulement. Je serai bientôt au bout. Je me suis replongé également dans une série de dialogues écrits pour la scène. Quatre ou cinq sont prêts pour le moment. Ça s'appellerait À deux têtes ou quelque chose d'approchant. Là je souhaite que les personnages s'inventent un corps en parlant, qu'ils n'existent pas avant d'ouvrir la bouche.

Aucun commentaire: