jeudi 5 janvier 2012

This immortal coil

J'ai trouvé sous le sapin ce disque magnifique, concentré de sensations fortes. Et je ne m'en lasse pas. Une telle unité, une telle cohérence pour un projet collectif construit pour rendre hommage à un groupe culte, c'est rare.
Entre 2005 et 2009, le fondateur de l'excellent label Ici d'ailleurs, Stéphane Grégoire, suite à la disparition de Jhonn Balance qui était, entre autres, la moitié du groupe Coil, a imaginé cet album, réunion d'artistes du label ou de grands noms de la musique indépendante. Jugez plutôt : Bonnie Prince Billy, Yann Tiersen, Sylvain Chauveau, Matt Elliott ou encore Yaël Naim.
Le projet : réinterpréter certains titres de Coil. Le résultat est époustouflant, poignant et toujours juste. Mention spéciale pour un Red Queen déroulé de main de maître par Matt Elliott et Yann Tiersen et un Ostia chanté par le génial Bonnie Prince Billy.
Ce disque vous manque forcément si vous ne le possédez pas déjà.

This Immortal coil : The dark age of love. (Ici, d'ailleurs)

Aucun commentaire: