mardi 25 octobre 2011

Étienne Davodeau : Les ignorants

Pendant un an, Étienne Davodeau a partagé le quotidien de Richard Leroy, vigneron. Et pendant un an Richard Leroy, vigneron, a bénéficié d'une belle initiation au monde de la bande dessinée. Les ignorants est ce "récit d'une initiation croisée". Sur près de 300 pages animées par le trait précis de Davodeau qui installe la réalité dans un noir et blanc tout en subtilités (les ciels au-dessus des vignes sont magnifiques), on suit les détours d'une amitié en voie de développement.
C'est une histoire d'échanges de savoir. Une histoire d'échanges de regards aussi, où chacun se concentre sur l'activité de l'autre pour en découvrir la magie.
Richard emmène Étienne travailler la vigne puis lui livre quelques-uns de ses secrets. Il lui explique également ses nombreux tâtonnements, sa volonté de libérer le vin de toute chimie et de travailler en biodynamie.
Étienne emmène Richard découvrir les bureaux de son éditeur et lui fait lire des BD pour que ce dernier se frotte à des univers singuliers. Il lui fait découvrir des salons et lui permet même de rendre visite à quelques grands noms de la BD.
Les ignorants est un récit singulier qui réussit un beau tour de force. À mesure que le livre progresse, on voit en effet ce qui rapproche deux mondes dont on aurait peiné à voir les points communs, au départ. L'humanité, sans doute. La profonde humanité qui anime Étienne et Richard dans l'exercice de leur activité.

Étienne Davodeau : Les ignorants. Futuropolis. 267 pages, 24,50 euros.

Aucun commentaire: