jeudi 8 septembre 2011

Marcus Malte : Appelle-moi Charlie

Première incursion pour moi dans l'univers "jeunesse" de Marcus Malte. Pour le moment, j'avais surtout apprécié Carnage constellation et La part des chiens, estampillés "adultes".
On trouve dans Appelle-moi Charlie cette même capacité de l'écrivain à éprouver une belle sympathie avec ses personnages, à faire corps avec eux. Et ce qui me plaît ici, c'est que c'est aussi le premier volume de la collection "mini-romans" à tenter une incursion du côté du fantastique. Ne vous attendez pas à une histoire de vampires. Rien de tout ça. On est juste à la frontière de la réalité, dans une zone un peu trouble et très enneigée que parcourt Elias, 13 ans, en rupture avec sa mère.
Forcément, un livre qui débute avec quelqu'un qui part, qui fuit, je trouve ça plutôt engageant. Quelque chose vient de casser. La colère de l'adolescent monte. J'ai envie d'en savoir un peu plus. Au final, si le message délivré par le texte de Malte (puisqu'il y en a un) n'est pas d'une folle originalité, la narration est diablement efficace. Et Malte a un sens impressionnant de la formule imagée qui tombe à pic et juste : "De temps en temps, une petite motte blanche s'en détachait et venait s'écraser mollement sur mon crâne, comme un moineau à bout de force." Ou plus loin : "... un cœur à ciel ouvert".


Marcus Malte : Appelle-moi Charlie. Sarbacane, collection mini-romans. 64 pages. 5 euros.

2 commentaires:

Marido Viale a dit…

AH .. Marcus Malte.... l'auteur qui réussit tout ! Ses albums me font craquer, " le chat machin" quelle merveille et "O corbeau " ... bref un touche à tout génial. je voudrais être Marcus Malte.

alice a dit…

Je suis amoureuse de Marcus Malte! Hâte qu'il arrive au Québec!