vendredi 30 septembre 2011

Bio roman

Je me suis rué sur Je vous apprendrai la peur de Nikolaj Frobenius. L'affiche était plus qu'alléchante. J'avais aimé son Valet de Sade, sorte de biographie transversale hallucinée. J'avais adoré son Pornographe timide, roman d'un univers parallèle effrayant. Et là, on m'annonce qu'il s'agit d'un roman biographique sur Edgar Allan Poe. Fichtre ! Je vois déjà des dizaines de ruelles sombres et la silhouette de l'écrivain titubant... Bon, force est de constater qu'il y a tout ça ici. Et Frobenius déploie un art du récit assez cinématographique. Pas étonnant puisqu'il fait aussi du cinéma, apparemment. Oui mais bon, le gros écueil est d'avoir introduit, je crois, un personnage imaginaire dans la vie de Poe. Ce n'est pas un problème en soi, c'est vrai. Bonne idée même et le propre également de la beauté de certains de ces livres. Voir comment la réalité se fait contaminer par ce que sait le romanbiographeur de l'écrivain. Vous me suivez ? Oui mais là, l'idée sonne creux. Frobenius invente un genre de frère à Poe qui se donne un mal fou à rendre réels tous les crimes des nouvelles de Poe. Franchement, ça existe dans des tonnes de thrillers. Me voilà donc un peu déçu. J'ai la sensation que la machine romanesque tourne à vide. D'autant plus rageant qu'il ne manque, à mon avis, pas grand chose pour faire un très beau roman. Le plus intéressant, dans cette affaire, c'est que j'ai tout de même entr'aperçu la silhouette d'Edgar que j'avais un peu éloignée depuis quelques années. Une seule envie. Me replonger dans son œuvre.
Un petit conseil. Si vous aimez les bioromans, filez lire Blesse, ronce noire de Claude Louis-Combet ou Blonde de Joyce Carol Oates. C'est quand même autre chose. Ça déplace des montagnes.

Nikolaj Frobenius : Je vous apprendrai la peur. Traduction Vincent Fournier. Actes Sud, 2011. 336 pages, 21,50 euros.
Claude Louis-Combet : Blesse, ronce noire. Éditions José Corti. Les Massicotés, 2004. 128 pages, 8 euros.
Joyce Carol Oates : Blonde. Traduction Claude Seban. Livre de poche, 2002. 1 120 pages, 9, 50 euros.

Aucun commentaire: