lundi 29 août 2011

Martine Pouchain : Délinquante


Savoir écrire un texte fort pour les adolescents, c'est sans doute d'abord, ou aussi, avoir un certain sens du rythme, afin que les phrases s'enchaînent comme si elles étaient fraîchement sortie d'une bouche. Surtout quand on s'attelle à rendre le timbre exact d'un voix, celle d'Edna ici, jeune fille qui trouve dans le vol à l'étalage de quoi satisfaire son besoin d'adrénaline et de reconnaissance. "Juste avant, j'étais une fille comme les autres, sans signe particulier ni talent notoire, de la graine d'adulte ordinaire, transgénique presque." Pas facile de se couler dans la peau d'Edna et de donner sa voix à lire. Et Martine Pouchain y parvient à merveille, c'est une certitude. Délinquante fait mouche, avec la même force que Johnny paru l'année dernière dans la même collection. On lit ces quelques dizaines de pages arrachées à un âge entre deux eaux d'une traite parce qu'elle révèlent avec beaucoup de justesse l'inconfort et les doutes qui font grandir mais également cette détermination troublante qui pousse à tout faire pour être aimé.



Martine Pouchain : Délinquante. Éditions Sarbacane. 72 pages, 5 €.





Aucun commentaire: