vendredi 8 juillet 2011

Manuscrit





Après quinze jours d'atelier d'éciture durant lesquels j'ai fait également le scribe pour retranscrire le texte d'un des participants, je m'aperçois que j'ai repris le goût du stylo, du rythme qu'il impose (une lenteur relative, tout de même, quand on compare avec le clavier de l'ordinateur). Aussi, moi qui depuis un moment réservais le stylo pour noircir juste un petit carnet de notes, indispensable quand on veut capturer certaines images sur le vif, j'ai fait l'acquisition aujourd'hui d'un cahier rouge grand format de 192 pages tout de même, avec la ferme intention d'y coucher lentement, les mots, phrases, premières bribes d'un projet que je voudrais long et ambitieux (du moins dans son élaboration). Un projet romanesque donc, ou peu s'en faut, même si la forme, pour le moment, importe peu. Je voudrais réfléchir et écrire des histoires qui pourraient se croiser sur le thème du manque. Des histoires qui en formeraient, mises bout à bout, une plus grande. Le manque. Vous savez bien. Il manque toujours quelque chose ou quelqu'un. Voilà. Plus qu'à me mettre au travail. Fin du chantier prévu avant 2015 !

Aucun commentaire: