mardi 12 avril 2011

Philippe Godard



J'ai rencontré Philippe Godard récemment, au salon Livres complices de Montbéliard. Depuis, j'ai lui deux de ses essais avec beaucoup d'attention et grand plaisir. Des essais... Je ne suis pas coutumier du fait. J'avoue que j'ai un peu de mal, généralement, avec les concepts. Mais les idées de Philippe Godard s'énoncent clairement et portent en elles une excitante dose de pensée corrosive.


Car c'est bien le fonctionnement du monde en entier que Philippe Godard entend remettre en question en s'attaquant, entre autres, à une de ses valeurs clés, le travail, dans Toujours contre le travail, reprise augmentée d'un ouvrage paru précédemment, Contre le travail. Philippe Godard écrit : "Le travail sert-il encore aujourd'hui à autre chose qu'à l'accumulation de marchandises et à l'assouvissement d'une envie et d'un prétendu besoin de consommation individualisée, voire individualiste ? Que recherche le travailleur lorsqu'il se trouve en train d'accomplir la tâche qui lui mange un bon tiers de sa vie, sinon acquérir, par l'argent, ce qui va lui permettre de consommer, donc de détruire ou d'user d'autres marchandises créées dans le seul but de sa satisfaction ?" Philippe Godard pose plus d'une question essentielle et ce petit livre rose pourrait bien éveiller quelques conscience et réveiller quelques lecteurs. Grand bien leur fasse.


Je recommande également à ceux qui douteraient encore de la nocivité des OGM la lecture d'OGM, semences politiques. Avec justesse, clarté et... en moins de 120 pages, Philippe Godard démonte un à un les rouages de la mécanique bien huilée du mensonge et établit des liens entre la façon dont les États imposent aujourd'hui les OGM comme ils ont imposé le nucléaire il y a des années.


Les livres de Philippe Godard réveillent et font du bien. Je vous les conseille de tout cœur.






Toujours contre le travail. Philippe Godard. Éditions Aden. 168 pages. 10 euros.


OGM, semences politiques. Vers un contrôle total du vivant. Homnisphères. 112 pages. 10 euros.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

une bonne chose