mercredi 1 décembre 2010

Cavale bis





J'ai évoqué ici, il y a un petit moment, l'écriture d'un texte très intime qui essaie, comme certains de mes travaux, de réagencer des pans importants de ma mémoire. Au bout d'un moment, je peine à dire ce qui tient de la fiction et ce qui tient de la réalité. La mémoire se charge d'ailleurs de mélanger les deux allégrement depuis longtemps. Elle enjolive mais pas toujours. Elle plombe aussi parfois.

Les premiers retours des éditeurs sont très encourageants mais tout porte à croire que, si j'ai cru "me saigner", pour employer un terme cru, et mettre tout ce que j'avais, on pense que je peux pousser plus loin, radicaliser mon propos... parce que le sujet est apparemment magnifique.

Donc dès vendredi (parce que demain, je fais un saut express à Montreuil), c'est décidé, je me remets au travail sur ce chantier que je pensais terminé. En espérant avoir la force de mener au bout ce texte explosif. Souhaitez-moi bonne chance parce qu'il va me falloir du courage pour retourner dans ces lieux-là.

2 commentaires:

Muriel a dit…

Bonne chance !
... Et t'as pas le droit de dire merci, parait il.

Benoît BROYART a dit…

Bonjour Muriel,je ne dis rien du tout alors mais je n'en pense pas moins.
Benoît