jeudi 25 novembre 2010

Manu chante Léo


J'écoute ce matin les versions enregistrées par Manu Lann Huel des chansons de Léo Ferré. Plusieurs ont essayé avant lui avec un résultat plus ou moins convaincant (Léotard, entre autres), mais là, l'émotion est très très forte et l'interprétation à la hauteur. Le tout réhaussé par l'approche jazz du piano de Didier Squiban. C'est magnifique. Il y aussi l'accordéon de... mais de qui déjà ? En tout cas, chapeau bas. Il y a ici ou là les mots de Verlaine et de Baudelaire que Léo Ferré avait si bien chanter. La voix est grave, un peu brisée. Franchement, ça vaut vraiment le détour. Le disque est sorti en 2003 sur un label breton au catalogue bien sympathique, l'Oz production. C'est ici.
Une belle idée de cadeau de Noël.
Par contre, je ne sais pourquoi j'ai mis ça ce matin. Pas facile de travailler en écoutant ces mots mais bon, je ne peux pas rester avec un air triste devant la fenêtre toute la journée. Je réchauffe un café et j'y retourne, c'est promis... Mais quand même, qu'est-ce que c'est beau. Vous ne trouvez pas ?
J'ai sans doute un côté comme ça, à me mettre des chansons tristes qui précipitent dans un genre de petit cafard mais pas trop méchant. Spleen. Saudade. Comme ça. Comme une respiration. J'aime me sentir triste ? J'aime bien juste quand ça remue à l'intérieur. Quand ça tremble un peu. Je me rappelle avoir discuté un jour avec une dame sur un salon du livre qui m'expliquait que son mari adorait passer une heure vec un air très triste en écoutant Schubert dans son fauteuil. Je dois avoir un point commun avec ce monsieur. La tristesse, c'est confortable ? Difficile à dire. Mais bon, je ne vois pas pourquoi on devrait être gai 24/24. Sur ce, soyez surtout vous-même. Amitiés.
Manu Lann Huel chante Léo Ferré. L'oz production.

Aucun commentaire: