mardi 30 novembre 2010

Daddy est mort... retour à Sarcelles


Insa Sané livre le quatrième volet de sa "Comédie urbaine". Chronologiquement, l'action est antérieure aux trois premiers tomes publiés précédemment chez Sarbacane (entre 2006 et 2009)
Du goudron. Du goudron. Du goudron. Sané met en scène une urbanité qui percute et déchire. Il y a la banlieue. Il y a Paris. Les glissements de terrain entre territoires et au milieu de tout ça, la tragique histoire de Daddy qui se débat, comme les autres, dans un présent assez fragile.
Dans Daddy est mort, Insa Sané développe un phrasé intéressant. Normal : l'écrivain évolue également dans le monde du slam.
Il y a des fulgurances, de la justesse et du lyrisme : "La bouche de métro vomissait ses hordes de chômeurs, de "mains cloquées", de mères aux échines cassées, d'immigrés en situation irrégulière ; tous ses fantômes avaient rêvé de voir Paris et ils en étaient morts."
Dans Daddy est mort, il y a aussi un joli sens de la composition qui fait de ce roman une belle partition.
Insa Sané : Daddy est mort... retour à Sarcelles. Éditions Sarbacane. 280 pages. 15 euros.

Aucun commentaire: