samedi 30 octobre 2010

Wyatt toujours



Le nouvel album de Robert Wyatt est sorti, fruit de sa collaboration avec Gilad Atzmon et Ros Stephen. Chaque fois avec Wyatt, ce qui me transperce, c'est cette voix jamais entendue ailleurs, qui embrasse tous les paradoxes. Grave et aiguë, forte et faible. Toujours dans l'émotion en tout cas avec une tessiture qui fait frémir. Toujours sur le point de s'effondrer mais tenant bon.

Approche jazz ici. On y trouve quelques standards et des morceaux plus anciens de Wyatt qui sont devenus au fil des années des standards.

Mais dans quelle sphère évolue-t-on au juste ? Dans quel monde ? Le même enchantement pour moi. La même invention douce à chaque opus. Et ce point commun assumé avec Thelonious Monk. La mélodie se développe et au moment où on s'attend à entendre une note évidente, l'ensemble prend une autre direction. Musique un peu bancale donc. Fragile en tout cas. Sur le fil. Je ne connais aucun autre magicien de la trempe de Robert Wyatt.

Robert Wyatt/Gilad Atzmon/Ros Stephen : For the ghosts within

2 commentaires:

Anonyme a dit…

bonjour à toi
quand je suis en manque de trouvaille, je passe sur ton blog !
et ne suis jamais déçue.

Benoît BROYART a dit…

Bonjour,
Eh bien sache que ce genre de commentaire me va forcément droit au cœur. Je continuerai donc à te faire profiter de mes préférences.