vendredi 8 octobre 2010

Fin de cavale

J'ai terminé hier le texte qui me donnait du fil à retordre et que j'ai évoqué plusieurs fois ici, Cavale. Beaucoup d'émotion. Trop pour avancer rapidement. Une lourdeur forcément à remuer des zones du passé qui cognent encore fort. La possibilité surtout de faire un beau voyage après coup, alors que tout porte à croire qu'il est trop tard.
Un peu terrifiant aussi, cette entreprise qui permet, et je l'ai fait plusieurs fois, de réaménager son passé, de réagencer, de se bâtir de nouveaux souvenirs. Certains jours, on ne sait plus lesquels sont vrais et lesquels on a construit de toutes pièces.
J'espère de tout cœur que ce nouveau texte trouvera rapidement un éditeur et un peu plus tard des lecteurs. Difficile de savoir si je me sens fatigué ou soulagé. Les deux sans doute. L'esprit comme libéré aussi et prêt à repartir dans d'autres directions peut-être, plus légères sans doute.
La semaine prochaine, je planche sur de nouveaux projets. J'aimerais écrire un roman d'aventure décalé et j'ai derrière la tête (c'est mon fils aussi qui me l'a soufflée) une histoire de non-violence pour les 5-6 ans. Comme toujours, du pain sur la planche. Mais pour l'heure, et compte tenu d'un soleil étonnant et persistant, je crois que je vais éteindre mon ordinateur.

Aucun commentaire: