jeudi 23 septembre 2010

Souviens-toi de la lune

Un moment que j'attendais le nouvel opus de l'ami Stéphane Servant. Après son Guadalquivir (Gallimard jeunesse, 2009), tendre, rapide et bouleversant, je me demandais bien où il allait décider d'emmener ses lecteurs.
Première jolie surprise. Le ton est différent, le rythme aussi. Et j'aime par-dessus tout trouver les écrivains où on ne les attend pas.
David vit à Carrefour, Mississipi. Et il se débat au milieu d'événements qu'il n'a pas envie de faire siens. David écrit et David rencontre un écrivain sur son parcours. Et à partir de là, tout son univers bascule.
On passe du réalisme à un fantastique assez angoissant, à un "fantasmatique" plutôt. David face à l'écriture. Face à la chose qui a décidé d'écrire à sa place et de donner à sa vie une teinte bien plus sombre. Le lecteur avance dans la folie de David, en sachant qu'il y laissera quelques plumes. C'est quoi "maîtriser la chose" ? Parvenir à surmonter, à faire du bien avec du mal.
Stéphane Servant garde le goût de la vitesse et du chapitre serré, serré. J'achèterais bien les droits cinématographiques si j'en avais les moyens et si j'avais la compétence d'un metteur en scène. Parce que le style de Stéphane Servant est profondément visuel. Chapeau bas donc pour ce roman plein de bruit, de fureur et de tendresse.
Stéphane Servant. Souviens-toi de la lune. Éditions du Rouergue. 298 pages. 14 euros.

1 commentaire:

Libellune a dit…

Exact, Benoît, ce roman ne laisse pas indifférent et porte le lecteur là où, je pense, il n'a pas envie d'aller ... Je vais en parler également bientôt sur notre blog (dès que j'ai le temps !).