mardi 15 juin 2010

Trop fabriqué

J'ai un peu de mal, ces temps-ci, quand je lis un roman où je vois que l'auteur maîtrise toutes les ficelles, ne lâche rien. C'est irritant à force. Je n'ai pas envie de me laisser prendre. J'ai fini Sur la plage de Chesil de Ian McEwan et j'ai eu cette très désagréable sensation. Et finalement, je voyais tellement où il voulait en venir que je n'avais pas envie d'y aller avec lui. Je préfère de très loin Le jardin de ciment ou L'enfant volé qui sont pour moi deux magnifiques textes.
Pour trancher, me voici replongé dans un roman de Larry Brown, auteur américain découvert il y a quelque temps déjà. Magnifique, entre autres, pour cette compassion qu'il nous fait éprouver à l'égard de ses personnages déglingués. Ouf.

Aucun commentaire: