jeudi 24 juin 2010

Relative paralysie

J'ai beau avoir de nombreux et réjouissants projets, une relative lourdeur m'empêche d'avancer comme je le voudrais ces jours-ci... et cela pourrait bien durer un petit moment. Heureusement, voici venir quelques chantiers "alimentaires" qui me permettront de relâcher un peu de pression. Et derrière eux, les vacances se profilent aussi. Mais le problème avec l'écriture, c'est qu'il est difficile de décrocher complètement. Un carnet traîne toujours dans votre poche. Des images arrivent. Des fragments, etc. En bref, on n'est jamais tranquille avec ça.
Il y a surtout ce lourd roman adulte laissé derrière moi depuis peu, après plusieurs années dans ma tête. Les premiers retours sont plutôt positifs mais je suis partagé entre assurance et gros doute. Normal je crois. Cette période entre deux. Très pénible à chaque fois. Pénible aussi, j'en suis sûr, pour mon entourage, obligé de faire avec mon humeur légèrement inconstante. Même si les années passant, je crois que je maîtrise mieux ça.
Je ne suis plus dans ce roman, et pourtant j'y reste encore. Tout ne s'est pas encore éloigné de moi. Toute la douleur en place ici.
Premiers retours plutôt positifs. Dans le plutôt, il faut entendre que les premiers lecteurs de confiance sont convaincus. Mais que le premier éditeur à qui j'ai choisi de le soumettre n'est pas partant. Hic. J'attends donc quelques nouveaux retours avant de repartir vers d'autres maisons en espérant que...
Il y a des jours comme ça... Mais heureusement, je sais qu'ils ne sont pas trop nombreux.

Aucun commentaire: