jeudi 6 mai 2010

Eels : End times

Un moment qu'on suit le parcours de Eels, qu'on achète ses albums un par un. Parce qu'il y a une voix unique ici qu'on reconnaît chaque fois. Une familiarité au bout d'un moment.
Un an à peine après Hombre lobo, assez enlevé, un blues terrible reprend le dessus sur End times. Beauté et dépouillement à tous les étages pour une série de chansons évoquant souvent l'amour perdu. Le tout est poignant, magnifique. J'en ai les larmes aux yeux. Pour vous faire une idée, rendez-vous ici.
Eels : End times

2 commentaires:

Marino a dit…

excellentissime EELS trop méconnu à mon goût. Ma révélation depuis 2 ans. Ils sont riches, inventifs, loufoques, désespéremment fin de bal quand la fille part sans même un regard ! j'adoooore !
merci pour cette article

Benoît BROYART a dit…

Merci Marino pour ton signe. Tout à fait d'accord avec toi. Il y a ici un genre de mix entre dérision et désespoir que j'aime beaucoup.