mercredi 10 mars 2010

Prendre corps

Toujours la tête et la langue en plein dans mon roman adulte. Avec la sensation d'avancer. C'est ce qui compte. Difficile de travailler sur autre chose en même temps. Nécessaire parfois pourtant, pour éviter les angoisses quand le chantier refuse de progresser. Et je remarque à chaque fois qu'il me faut une bonne heure pour me plonger dans le bain. On tourne autour de la feuille un moment. On redoute d'écrire comme un pied. Puis on saute. Il me faut du temps aussi pour en sortir.
D'autres histoires commencent également à pousser des portes au fond de mon crâne. Des envies qui deviendront bientôt des nécessités. Je prends des notes mais la liste des possibles fictions à naître s'allonge et je ne pourrai pas laisser tout ce désordre très longtemps. Au risque de voir des projets se mélanger. Les images sont de plus en plus nombreuses. Au bout d'un moment, le cerveau devient trop étroit pour contenir tout ça.
Demain, j'entame le chapitre 8 en espérant... être à la hauteur et mettre un terme, très bientôt, à un texte que je cherche depuis quelques années déjà.
Pourquoi un tel titre pour ce billet ? C'est l'expression qui vient quand je vois l'histoire en cours s'épaissir. C'est aussi le souvenir d'une émission de radio quand j'étais plus jeune, menée par l'ami Dominique. Le sous-titre également avait de l'intérêt. "Ouverture sur l'hermétique". Il s'agissait d'une émission musicale.

Aucun commentaire: