lundi 8 février 2010

Bernard Noël dans le Matricule

Le Matricule des anges propose, dans son numéro 110, un passionnant dossier sur Bernard Noël. L'entretien est si bien mené par Thierry Guichard qu'on entend la voix de l'écrivain comme s'il était à côté de nous. Il y a une fraternité évidente dans cette voix.
En ce début d'année, P.O.L. édite sous le titre Les plumes d'Éros, le premier volume des œuvres de Bernard Noël, rassemblement thématique autour du sentiment amoureux. L'occasion de relire de magnifiques textes et de découvrir quelques inédits. Quand on observe la bibliographie de l'écrivain, construite autour de mutliples fragments, on comprend la grande cohérence d'un tel rassemblement. Des textes vont pouvoir enfin résonner ensemble, se faire écho, prendre davantage de sens encore.
Je lisais déjà Bernard Noël quand j'étais adolescent. J'aime sa langue parce qu'elle est toute entière tournée vers le corps. Elle est paradoxale aussi, à la fois incarnée et lucide, pétrie d'une pensée profonde. Le corps et le cerveau mêlés. Forcément, la filiation avec Georges Bataille paraît inévitable.
Souhaitons que la sortie de ce premier volume des œuvres qui est forcément un événement, permette à de nouveaux lecteurs de découvrir les textes de cet immense écrivain.
Les plumes d'Éros, œuvres 1. Bernard Noël. 435 pages. 23 euros. P.O.L.

4 commentaires:

La Cause des Causeuses a dit…

Bonjour ! C'est grâce à votre commentaire sur Bernard Noël que je découvre votre existence. Je me réjouis qu'un illustrateur soit lecteur de ce subtil poète dont certains ne retiennent que Le Château de Cène et prennent à tort pour un intellectuel trop sensuel. Le positionnement de Bernard Noël est celui d'un homme qui a traversé plusieurs peaux avant de trouver les mots de sa langue personnelle, il les a risqué aussi toutes deux mentalement et d'une certaine façon physiquement. Il faut croiser son regard pour savoir qu'il n'écrit pas à la légère. J'aimerais savoir si l'un de ses textes pouvait vous inspirer une histoire à montrer aux enfants ? A vous lire et bien cordialement.

Marie-Thérèse PEYRIN
de Lyon

Benoît BROYART a dit…

Bonjour,
Merci pour votre commentaire. Je suis auteur et non illustrateur mais à part ce point de détail, j'adhère parfaitement à ce que vous énoncez. Ce qui me touche, chez Bernard Noël, depuis longtemps, c'est sa proximité au corps et à la sensation. D'ailleurs, c'est tout l'objet de mon travail également. Je découvre à La cause des causeuses avec intérêt. M'inspirer une histoire à montrer aux enfants ? Il existe sans doute des ponts mais difficile à cerner, sans doute. Du côté de sa poésie plutôt. Sa quête éperdue de l'autre. Je me souviens de L'ombre du double paru en 1993. En tout cas, une œuvre essentielle qui fait sens. Une œuvre risquée et vitale.

jj dorio a dit…

LE TEMPS DU COMME SI

(Bernard Noël)

...ici


http://lebontempsdelavie.centerblog.net/

je l'ai recopié d'une anthologie de 1985

avec cette référence "Poésie en Rouergue" aux Editions Rougerie

mais Benoît Broyart qui a lu bien mieux que moi Bernard Noël, a peut-être une référence plus précise.

mercis anticipés.

jj dorio

Benoît BROYART a dit…

Pas de référence plus précise, désolé. Mais un superbe poème assurément. Salutations.