samedi 12 septembre 2009

Kafka sur le rivage

Ce livre est une merveille. Ce n'est pas une révélation, sans doute. On parle de Haruki Murakami pour le prix Nobel depuis un moment déjà. Mais voilà, je n'avais jamais lu aucun livre de lui. Celui-ci est de toute beauté. Il évoque avec une force rare la porosité des frontières entre vie et mort, rêve et réalité. J'aime ce fantastique là. Celui qui naît des souvenirs, des angoisses, des obsessions.
Plus de 600 pages pour cette ample tragédie. Longtemps que je n'avais pas pris autant de plaisir en lisant. Longtemps que je n'avais pas pris une telle claque.

Aucun commentaire: