lundi 18 mai 2009

Petit sapiens

Un moment que je croise la route de Ronan Badel sur les salons. Cette fois, nous avons pris le temps de discuter un peu plus, de rire, d'échanger sur nos pratiques... Justement, cela rejoint ce que j'évoquais il y a peu. L'introspection. L'histoire de l'oignon. Creuser en soi pour atteindre un genre de noyau, tout au fond, tout au centre.
J'ai trouvé cela passionnant et l'homme fort sympathique. Sûr. Nous allons nous revoir.
Je suis reparti avec le premier volume de son Petit sapiens dont j'avais beaucoup entendu parler mais que je ne connaissais pas.
J'avais lu avec plaisir L'histoire du cochon sur la banquise paru dans La minute du papillon, collection que je vous conseille. Particulièrement ce volume. L'histoire est décalée et les dessins magnifiques.
J'aime le trait de Ronan Badel. Il est très spontané avec des angles aigus et piquants. En même temps, il y a beaucoup de tendresse ici et cela me touche.
Je suis donc reparti avec le premier volume de son Petit sapiens. Je l'ai lu avec mon fils.
Je suis conquis. C'est drôle, profond, avec un sens de la narration nerveux et dans l'image, une multitude de détails.
J'aime aussi ce mélange texte narratif et BD. L'image surgit du récit du petit narrateur de façon naturelle.
J'ai hâte de découvrir les deux autres volumes parus...

Aucun commentaire: