jeudi 12 mars 2009

Roman candle toujours

Quand j'entends la chanson qui ouvre le premier album d'Elliott Smith, j'ai toujours les mêmes frissons. C'est la proximité du musicien avec son auditeur, je crois. On entend les doigts d'Elliott Smith glisser sur la guitare et on peut avoir la naïveté de penser qu'il joue uniquement pour nous. C'est comme ça que je le préfère. Chantant dans un dépouillement qui lui va si bien. Sa voix chaude, toujours à la limite de décrocher. Elle raconte les failles. Toutes les failles. Les déceptions. Les addictions.
La première chanson, Roman candle, est une des plus émouvantes que je connaisse. I want to heart him. I want to give him pain. Et le reste est de la même qualité.
Si à cause d'un oubli inexplicable, vous ne possédez pas ce disque, réparez rapidement votre négligence.
Je ne sais pas si c'est vrai. Apparemment, Elliott Smith a enregistré cet album sur un magneto 4 pistes, dans son appartement, en réaction au mouvement grunge en vogue à l'époque. Nous sommes en 1993. Il y a une éternité. Vérité ou légende ? Des légendes, c'est clair qu'il risque d'en naître des tonnes avec une disparition comme la sienne. En 2003, on a retrouvé Elliott Smith mort, un couteau planté dans la poitrine. Meurtre ? Suicide ? Il avait 34 ans.

Aucun commentaire: