mardi 10 février 2009

Le jour d'après

C'est particulièrement vrai des journées productives. On laisse reposer le texte écrit, durant la nuit. Et on redoute de se remettre devant la table de travail, après la nuit, parce qu'à la relecture, une partie de l'univers en place peut s'écrouler... Parfois, c'est même l'ensemble qui sombre.

Aucun commentaire: