mardi 3 février 2009

Greg marche

Greg a commencé à marcher au début du roman. Il a commencé à marcher, forcément, parce qu'il fuyait quelque chose.
Le personnage principal de mon nouveau projet de roman prend ses marques. Il prend ses formes.
Je reviendrai des centaines de fois retoucher les premières lignes. À mesure que l'histoire avancera, je reviendrai sur mes pas. Sur mes premiers pas même. C'est toujours ainsi que je procède. C'est un va-et-vient jusqu'à la fin. Une fois parvenu à la fin d'un certain nombre de phrases, quand je m'aperçois que je ne peux plus avancer, je retourne lire le début. Je relis tout et complète. Et ainsi de suite.
Le personnage se construit progressivement. Il sera en fonction des rencontres, des climats et des paysages traversés.
Excitant de savoir que tout n'est pas donné d'avance. L'écriture est une aventure où j'avance dans le noir. Quand le personnage naît, il n'est presque rien. Un mouvement et une enveloppe. Une intention. Quelques directions. De grandes lignes. Une volonté de raconter une histoire en collant à la sensation. Chaque fois, se mettre dans la peau.
Greg marche et pour le moment, il a la tête relativement vide. Mais cela ne devrait pas durer. Il pleut fort. C'est une pluie d'été.

Aucun commentaire: