vendredi 28 novembre 2008

Des nouvelles de Louen et Louna

Un petit moment que Louen et Louna est parti se faire lire chez un certain nombre d'éditeurs. Pour le moment, mon conte de Noël n'a pas trouvé sa place. J'ai reçu seulement quelques réponses. J'en attends encore un grand nombre. Mais le plus déroutant ici, c'est qu'on ne lui reproche pas chaque fois la même chose. Pas assez drôle, relation frère-sœur pas assez creusée, présence du fantastique déplacée qui gêne la perception de l'émotion, etc. Maintenant, il y a un grand nombre d'éditeurs et ils n'ont pas la même sensibilité.
Quand j'écris, quand je commence un projet, je ne me pose jamais la question de l'intention, de la démonstration. Une ébauche d'histoire entre en moi par la porte d'une émotion dont je me souviens, d'une inquiétude, d'une sensation. J'ai alors besoin d'une histoire, envie de faire défiler les émotions et les images. Le sens s'inscrit après de lui-même dans la vie des personnages que j'ai voulu mettre debout. C'est un curieux mécanisme. Il y reste une part de magie, heureusement, une fois qu'on a évacué le côté technique de la chose.
C'est très prétentieux de ma part mais je suis certain qu'il y a dans Louen et Louna quelque chose à prendre. Que faire à part attendre encore ? D'autant que là, les éditeurs ont un peu autre chose à faire que de se plonger dans la lecture des manuscrits, Montreuil oblige.
Eh bien j'y pars tout à l'heure, justement. Et dans le noir, après 18h30, je me propose de vous lire Les caprices de Mélisse, l'histoire effrayante d'une princesse qui voulait avoir peur et qui s'ennuyait à mourir dans le royaume de son père où tout était lisse, bleu, heureux. Rendez-vous là-bas, alors ?

Aucun commentaire: