mardi 2 septembre 2008

Reprise


Je viens de relire La bouche de l'ogre. Il est trop court, c'est certain. Le problème en littérature jeunesse, c'est que j'ai tendance à vouloir calibrer le texte avant de le laisser naître et se développer. Il y a un côté rassurant et structurant à se dire qu'on va construire tant de chapitres contenant tant de signes, en pensant à telle ou telle collection. Là, manifestement, j'ai mal choisi mon format de départ. Je dois retravailler pour pousser cette histoire beaucoup plus loin et voir ce que cela donnera. L'enfant de ce roman suivra un chemin plus long. Reste à savoir jusqu'où le mener. Surtout, avant de passer à l'étape de l'écriture, avant de se perdre, puisque c'est de cela, entre autres, qu'il est question ici, il faut poser quelques nouveaux points de repères. Je vais m'y employer aujourd'hui.
De quoi s'agit-il ? J'aimerais parvenir à placer la figure de l'ogre dans un cadre contemporain. J'aimerais aussi définir une forêt sans arbre, une forêt d'immeubles.

1 commentaire:

lottery winning numbers a dit…

Yugs, daw nabasahan ko naman ni sa iban nga blog?