mardi 23 septembre 2008

Oralité

Quand j'écris pour les enfants, je cherche vraiment à retrouver la trace de l'oralité. Une fois la première couche de phrases posée, je reviens sur chaque paragraphe à voix basse puis à voix haute. Je veux trouver la part de magie qui survient quand quelqu'un vous raconte une histoire. D'ailleurs, quand je lis des romans, j'aime entendre, de la même façon, la voix de l'auteur. Rien de plus irritant que de lire une voix quasi transparente. Il faut qu'on me parle. Voilà ce qui m'occupe aujourd'hui pour le conte de Noël que je tente d'écrire. J'espère le mener rapidement à son terme et qu'il soit gorgé d'émotions. Ce sera l'histoire de Louen et de Louna.

Aucun commentaire: