lundi 7 avril 2008

Troubles


La collection Points des éditions du Seuil propose sous le "label" Signatures d'explorer des classiques de la littérature contemporaine.

Je viens de finir Le jardin de ciment, premier roman de l'anglais Ian McEwan paru initialement à la fin des années 70. J'avais lu d'autres beaux romans de lui, notamment L'enfant volé (disponible en folio).

La première phrase est cruciale dans un roman. Celle-là est des plus percutantes : "Je n'ai pas tué mon père, mais parfois j'ai l'impression de l'avoir un peu poussé dans la tombe."

Le reste du roman est à l'avenant. Quatre frères et sœurs vont vivre seuls dans leur maison après la disparition de leurs parents. Les jours s'étirent et ils semblent faire face au quotidien. En même temps, chacun tente de gérer comme il peut le chaos ambiant.

C'est très fort, assez difficile à raconter d'ailleurs. Mc Ewan fore merveilleusement bien dans ce que l'enfance et l'adolescence contiennent de troubles. Il y a aussi la beauté de cette tentative de vivre dans un monde sans adultes. J'aime cette idée.

Du coup, cela m'a redonné envie de me plonger dans un texte qui m'avait marqué quand je l'avais lu. Je devais avoir une douzaine d'années. Sa majesté des mouches de William Golding. On en reparle un peu plus tard...

Aucun commentaire: