mardi 22 avril 2008

Liberté de ton


J'ai lu pour la première fois Sa majesté des mouches il y a une vingtaine d'années, au début du collège si mes souvenirs sont bons. C'est curieux d'y revenir. Le relisant, je suis retombé parfois en enfance, dans le sillon de ma première sensation de lecture.
Publié en 1954, le roman affiche une liberté de ton étonnante. Cette dernière devrait faire pâlir certains éditeurs pour la jeunesse qui tentent, chaque fois, à tout prix, d'adoucir et de polir, comme s'il était indécent de penser que l'angoisse et le trouble appartiennent aussi à l'enfance.

Aucun commentaire: