jeudi 13 mars 2008

La bouche de l'ogre

Je viens de terminer un chantier. Un court roman que j'ai déjà évoqué ici. Ce n'est pas du tout ma nature mais je crois qu'à force de vouloir toujours aller plus loin, repousser la limite, je deviens un peu perfectionniste. J'ai lu et relu mon texte des dizaines de fois pour traquer la répétition et imposer aux phrases le ryhtme adéquat. Un ryhtme de quoi ? Un rythme en tout cas que je souhaite, ici, saccadé et angoissant. Phrases longues puis courtes. Phrases coupées grâce aux points-virgules. Il s'agit en effet de rendre sur le papier une tension constante, une grosse boule de peur qui traverse tout le roman (enfin, je l'espère). C'est l'histoire d'un rêve très curieux et un ogre infâme y occupe la meilleure place.

J'entame ce jour un texte plus léger, à destination de la collection Milan Poche Benjamin. Le travail d'écriture sera très différent. Pour les plus petits, je me permets de jouer sur les mots, leurs sons et leurs sens. Il faut que cela chante ! C'est l'histoire de quoi ? D'une princesse, parce que je commence à aimer détourner un peu les codes bien établis.

Je n'en écris pas plus pour le moment. Je vais de ce pas chercher mon dictionnaire d'expressions et locutions et mon dictionnaire des rimes et assonances....

Aucun commentaire: