jeudi 14 février 2008

L'ogre est en marche

Mon nouveau projet progresse. J'ai entamé l'étape de l'écriture, la plus stimulante en fait. Accompagner le personnage dans l'histoire. Trouver une voix. S'acharner pour être au plus proche de la sensation. Il faut ensuite, de l'autre côté, que le lecteur ressente et vibre. Autrement, à quoi bon ?

J'écris par couches et dans ma démarche, l'ordinateur est l'outil idéal. Je couche les premières phrases, disons un paragraphe, et c'est à partir de ce moment-là que je deviens aussi mon premier lecteur. Tout de suite, il me faut revenir au début, tout relire et poursuivre en ajoutant la suite. C'est un va-et-vient incessant, paradoxalement assez productif.

Je dois sans cesse me faire violence car l'écriture demande une rigueur qui ne m'est pas naturelle. Dans ce domaine, le grand modèle reste pour moi Louis Calaferte. Nous y reviendrons. Je pense qu'il me faudra consacrer un billet entier au maître.

Aucun commentaire: