vendredi 1 février 2008

Deux fois rien

Je viens de finir ce roman acheté lors du salon du livre jeunesse de Questembert, l'année dernière. Le style de Marie-Sophie Vermot est un peu trop lisse pour me bouleverser. Il manque je ne sais quoi. Une part du trouble ressentie par Nuala, fille-mère de quinze ans, pourrait transparaître dans les mots, le rythme même des phrases. Le roman n'en serait que plus réussi.

Maintenant, toutes les phases par lesquelles passe Nuala sont restituées avec beaucoup de précision et une grande sensibilité. C'est aussi un roman complet sur un sujet difficile.

Aucun commentaire: