samedi 12 janvier 2008

Mes intentions

Quand on écrit pour la jeunesse, on prend forcément en compte l'âge de ses lecteurs potentiels. On ne peut pas y couper. La première question est À qui vais-je m'adresser ? La réponse tient uniquement pour moi dans le vocabulaire choisi afin de coller au plus près à la sensation, à l'émotion qu'il s'agit de restituer au sein de l'histoire.

Je ne m'interroge pas sur la portée éducative de mon récit. Ce n'est pas mon rôle. La littérature peut servir de support à l'éducation, c'est une évidence, mais elle n'est pas produite dans ce but, qu'elle soit destinée ou non à la jeunesse.

Je préfère écrire un texte qui provoquera le questionnement, le débat, voire le malaise. J'évite à tout prix de cadenasser l'ensemble. Il faut laisser de la place au lecteur, dans un livre. C'est ce qui fait d'un roman un organisme vivant.

Aucun commentaire: