lundi 14 janvier 2008

L'aménagement du territoire

Ça y est, la quatrième version de mon roman pour ados est partie se faire lire ce matin chez un de mes éditeurs. J'attends pour très bientôt un retour sur ce texte qui m'a demandé beaucoup, en espérant qu'il sera enfin publié.

Le processus est chaque fois le même. Replonger dans des pans de mémoire pour y puiser la sensation voulue. Opérer par glissement pour que les personnages puissent s'approprier ces sensations. C'est tantôt agréable, tantôt très destabilisant, notamment dans le cas de ce roman pour ados dans lequel le narrateur a décidé de changer de peau, de se glisser dans celle d'un autre. De mon côté, il me faut faire la même gymnastique. J'en sors moulu.

Écrire, c'est aménager son territoire, c'est-à-dire retravailler, refondre certaines parties de sa mémoire, transformer, remodeler, mélanger les visages, brouiller les cartes.

Après chaque texte, ma mémoire s'élargit. C'est curieux comme je me sens obligé de tout mélanger pour y voir clair. Un bon coup de pied dans la fourmilière permet parfois de mettre un peu d'ordre.

J'ai des projets plein les poches mais je vais attendre quelques jours avant de me remettre au travail. Il y a un peu de bricolage à faire dans la maison, ça tombe bien...

Aucun commentaire: